Pourquoi pas nous ? : Love, Simon après le lycée

Couverture du roman gay Pourquoi pas nous ?

Avec Pourquoi pas nous ?, Becky Albertalli, l’auteure de Love, Simon, nous fait quitter le lycée pour un été avant l’entrée en fac. Bienvenue dans les tourments de deux jeunes adultes gay.

En résumé

Arthur est à New York pour l’été pour un stage dans le cabinet d’avocats de sa mère. Il est romantique et croit dans tous les signes que lui envoie l’univers.

Ben, de son côté, vient de quitter son copain qu’il a surpris la langue dans la bouche d’un autre. Bien sûr, comme il a passé son année dans les bras de son ex, Ben se retrouve en classe de rattrapage tout l’été… avec son ex et son ancienne meilleure amie. Alors, l’univers, il peut bien aller se faire voir.

Tous les deux évoluent dans des sphères différentes. Rien ne les prédestinait à se rencontrer. Et pourtant, ils tombent l’un sur l’autre dans un bureau de poste. Arthur a cette ridicule cravate avec des hot dogs. Ben porte un gros carton qu’il souhaite expédier à son ex.

C’est le coup de foutre. Arthur ne peut pas laisser passer l’éventualité qu’il s’agisse de l’homme de sa vie. Alors, il se lance. Il échange deux trois mots avec lui. Il évoque sa passion pour Harry Potter, ses origines provinciales. Ben déclare qu’il est gay – il ne sait pas pourquoi. Arthur avoue que lui aussi. Et tous les deux sentent cette attraction, cette relation possible.

Mais voilà qu’un flash mob se déploie et les éloigne l’un l’autre, avant qu’ils aient pu échanger nom, prénom et surtout numéro de téléphone.

À l’heure des réseaux sociaux où tout le monde se déverse sur la toile, où tout est référencé, classé et identifié par Google, n’est-il pas possible de retrouver l’identité d’un inconnu ? C’est le pari que se donne Arthur. Il va retrouver Ben. Il en est certain.

Becky Albertalli & Adam Silvera

Becky Albertalli semble se spécialiser dans les romans young adult gay. Elle est l’auteur de Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens, qui est devenu Love Simon depuis son adaptation au cinéma en 2018 et en série sur Disney + en 2020. Elle a aujourd’hui 36 ans.

De son côté, Adam Silvera est un jeune homosexuel de 29 ans d’origine portoricaine et a grandi dans le Bronx, à New York. Il est aussi spécialisé dans la littérature pour jeunes adultes. Son deuxième roman, paru en 2017, a connu un grand succès : Et ils meurent tous les deux à la fin. 

Mon avis

Les chapitres alternent une focalisation interne sur Arthur et une autre sur Ben. On retrouve dans cette construction le mode d’écriture adopté par les deux auteurs : Becky Albertalli écrit Arthur et Adam Silvera Ben.

Fan de Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens, j’ai donc retrouvé tout ce qui a fait le charme du personnage de Simon dans Arthur : il est naïf, amoureux et obsédé – par la comédie musicale Hamilton cette fois-ci et non les Oreo comme Simon.

De son côté, on retrouve parfaitement Adam Silvera dans le personnage de Ben : gay, d’origine portoricaine, vivant en banlieue de New York et passionné d’écriture.

J’ai retrouvé tous les codes de Love Simon, avec les mêmes types de personnages (les meilleurs amis avec qui ça ne va pas bien se passer, les trahisons et les secrets, etc.) et une intrigue similaire fondée sur la recherche de l’identité de l’être aimé. La recette est la même et le plaisir fut similaire. J’avais envie qu’ils se retrouvent, puis qu’ils ne se quittent jamais, qu’ils aillent voir Hamilton ensemble…

Cela étant, même si les personnages restent proches de ceux que l’on peut retrouver chez Disney (ce qui explique d’ailleurs l’adaptation du premier roman de Becky Albertalli par le groupe de production), le fait que Ben ne soit pas parfait m’a plu. Bon, son imperfection n’est pas la même que Marc Dutroux, il arrive seulement systématiquement en retard, mais quand même…

Cependant, la fin m’a personnellement déçu. Non seulement elle ne correspond pas à ce à quoi je m’attendais, mais en plus, l’épilogue me paraît bâclé, comme s’il fallait absolument l’intégrer, mais que le plaisir d’écrire le roman était passé. Faut-il s’attendre à une suite ? Très probablement, quand on sait que Love Simon a droit à de nombreuses aventures.

Pourquoi pas nous ? n’est pas le roman de l’année, mais il a été celui de mon été dernier. Comme il se passe entre juin et septembre, il est parfait pour la plage ou une lecture dans un parc sous un soleil de plomb (Central Park ?).

Faut-il lire ce livre ?

Si vous avez adoré Love, Simon courez-y. Si au contraire vous l’avez trouvé trop gamin, mais que le ton et l’histoire vous ont intéressé, celui-ci devrait vous plaire. Si vous n’aimez pas la littérature pour jeunes adultes, avec des intrigues loin de votre vie de tous les jours, n’y allez pas.

Citation

Peut-être que la vie, ça consiste à accueillir des gens dans votre existence pendant un temps, prendre ce qu’ils vous donnent et s’en servir dans l’amitié suivante ou la relation suivante.

Pourquoi pas nous ?, Becky Albertalli et Adam Silvera.

Où le trouver ?

En bibliothèque ou librairie, neuf ou d’occasion, numérique ou papier, avec les informations suivantes : Pourquoi pas nous ? (ou What If It’s Us), Becky Albertalli et Adam Silvera, Hachette, 2018

Vous avez lu ce livre ?

Qu’en avez-vous pensé ? Vous avez aussi eu la folie d’écouter Hamilton avant de vous rendre compte que c’était du rap et que, beurk, l’histoire des États-Unis rapée, c’est trop pour vous ? Au contraire, vous avez eu envie de retourner à New York et de vous plonger parmi ces tours qui grattent les cimes ? Dites-moi tout en commentaire !

Bandeau pour le roman Tuer le bon gay

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas diffuse. Les champs obligatoires sont marqués d’un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.